aller directement au contenu

site internet respectant les normes d'accessibilité du w3c

Lutter contre la pyrale du buis



La pyrale du buis, qu'est-ce que c'est ?


La pyrale du buis (Glyphodes perspectalis, Diaphana perspectalis ou Cydalima perspectalis) est un papillon d'origine asiatique cousin de la mite alimentaire. Arrivé par la Suisse puis l'Allemagne, il arrive en France en 2005, mais n'a été repéré qu'après 2008. Cet insecte pond dans les buis qui fournissent une ressource alimentaire exclusive aux chenilles qui dévorent littéralement les feuilles et l'écorce des arbustes. Elle est repérée en Alsace, en Bourgogne, en Ile de France, dans le centre, sur la côte d'Azur, dans l'ouest, en Midi-Pyrénées et bien entendu en Rhône Alpes où elle est présente dans l'ensemble des départements.



La variété présente actuellement à La Terrasse se caractérise par des ailes blanches bordées de marron Elle est capable de réaliser trois générations dans l'année si les conditions météorologiques lui sont favorables. La pyrale est considérée comme nuisible. Les moyens d'élimination sont multiples mais restent adaptés aux situations ponctuelles : échenillage, piégeage par phéromones, oiseaux prédateurs (mésanges et moineaux), insecticide biologique (Bacillus Thurengiensis) en pulvérisation au cour des arbres et sur les deux faces des feuilles.

Les conséquences de la présence de cet insecte indésirable sont multiples :
. Dégradation de l'aspect des buis d'ornement
. Destruction des buis d'ornement et sauvages avec l'impact que cela peut avoir sur la biodiversité
. Les chenilles se transformant en papillon, leur prolifération crée une gêne importante en particulier en début de soirée.

Ces papillons nocturnes sont fortement attirés par la lumière et se déplacent en nuages denses rendant impossible l'utilisation des espaces extérieurs éclairés après la tombée de la nuit.

Lutter contre la pyrale : les bons gestes chez soi.
Il est indispensable de détecter le plus tôt possible une éventuelle infestation. Cette détection doit être réalisée sur le territoire de la commune une fois par semaine compte tenu de la présence déjà massive de papillons dans les zones naturelles et les jardins. Si vous repérez des filaments blancs caractéristiques dans vos buis, cela signifie que ceux-ci sont infestés.

Vous pouvez compléter votre surveillance par la mise en place de piège à phéromone pour capturer les papillons mâles. En plus de limiter les attaques, ces pièges vous permettront de détecter plus tôt la présence d'éventuels papillons. Les recharges de phéromones sont à changer toutes les 4 à 5 semaines dans chaque piège.

Si la présence de papillons dans les pièges est constatée, il est nécessaire d'envisager rapidement un traitement complémentaire de l'arbre. Traitement au bacille de Thuringe ou Btk : le traitement biologique se présente comme une poudre à diluer dans l'eau et pulvériser de mars à octobre sur les deux faces des feuilles sur l'intégralité de l'arbre et en particulier au cour de celui-ci.

Les traitements chimiques aux pyréthrinoïdes sont déconseillés car ils n'ont pas de propriété sélective et touchent les autres insectes utiles (acariens, abeilles, etc...), et mettre ainsi en danger les écosystèmes déjà présents. Ces traitements ne peuvent être envisagés qu'à l'échelle individuelle pour la protection des jardins des particuliers, compte tenu notamment des coûts.

Par ailleurs, tout traitement chimique à grande échelle serait dangereux et donc inenvisageable.

l n'existe pas à l'heure actuelle de traitement à grande échelle pour lutter efficacement contre la pyrale du buis sans détruire les écosystèmes existants.

Néanmoins, si chez vous, vous choisissez de couper les buis atteints, il est impératifs de les éliminer dans la poubelle des déchets incinérables (ménagers) et non pas dans les déchets verts (pas même à la déchetterie) ni dans les composts, ce qui ne détruits pas les oufs et favorise leur dispersion. Nous rappelons que le brûlage des déchets chez vous est interdit sur toute la commune, conformément à l'arrété prefectoral du 18 novembre 2013 pour des raisons de préservation de la qualité de l'air. Cette consigne est très importante à respecter, d'autant plus en ces périodes de fortes chaleurs.