aller directement au contenu

site internet respectant les normes d'accessibilité du w3c

La Terrasse > Il était une fois ...

>> l'église Saint Aupre

cliquer pour agrandir l'image La Terrasse ne manque ni de charme, ni d'originalité. Ses habitants ont construit leur village à distance de leur église. La légende prétend néanmoins que celle-ci a abrité la dépouille d'un saint. Des grands seigneurs ont voulu y reposer et les villageois se sont battus pour la rénover. Mais reprenons le fil de son histoire

Saint Aupre, premier curé de La Terrasse
L'église primitive aurait été construite au XIIe siècle. Elle aurait hérité son nom du premier curé du village. Ce fils de famille reçoit une bonne éducation qui lui permet de faire des études sacerdotales. D'une nature fervente, Aupre suit les évangiles et abandonne sa région natale (Sens dans l'Yonne) pour se consacrer à Dieu. Il entend rejoindre Léporius, évêque de Maurienne connu pour sa sainteté. En route vers la Savoie il est retenu par l'évêque Clarus qui lui confie la paroisse de La Terrasse. Il s'installe dans une vie de dévouement, nourrissant, soignant pauvres et malades. Mais il est victime de la calomnie des habitants et quitte le village. Il part se réfugier en Savoie où il finira sa vie à la fin du VIIe siècle après avoir construit un hospice pour les pauvres. Son corps aurait été déposé dans un reliquaire à l'église de La Terrasse.

cliquer pour agrandir l'image Des vestiges qui racontent l'histoire
A proximité de l'église de nombreux vestiges laissent supposer l'existence d'un culte païen dédié à Mercure (dieu des commerçants) bien avant l'église primitive. La découverte d'une inscription funéraire datée de 522 et de deux sarcophages datés des VIIIe et IXe siècles atteste de l'ancienneté des lieux. Selon Pilot de Thorey l'église de La Terrasse telle que nous la connaissons a été reconstruite au Moyen Age sur l'emplacement et avec les matériaux de l'église Saint Aupre. Le porche surmonté d'un clocher donne accès à la nef. Une tribune coiffe l'entrée. Les trois chapelles disposées de part et d'autre de celles-ci datent du XVe siècle. Le clocher actuel date de 1864.


cliquer pour agrandir l'image Les témoignages des grands
L'histoire de notre édifice est riche en anecdotes. En 1382, le gendre d'un seigneur de La Terrasse, Aymar de Beaumont exprime le souhait d'être enseveli dans cette église auprès de son épouse. Il pose néanmoins la condition que cette dernière n'ait pas l'idée de se remarier. En 1399, Monseigneur Aimon de Chissé, évêque de Grenoble a la surprise de constater qu'un vicaire porté sur la boisson officie à la place d'un vicaire sourd, avec la complicité du curé en titre. En 1673 Monseigneur La Camus prend les restes des reliques de Saint Aupre pour sa croix pastorale.


cliquer pour agrandir l'image

La rénovation des années 2000
Le moment le plus touchant de l'histoire débute au début des années 2000. Le village constatant que son église se détériore peu à peu va se mobiliser pour la restaurer. Le maire de l'époque, Georges Bescher, demande au Conseil municipal le 20 mai 1999 de valider le projet de restauration et de l'autoriser à déposer le dossier de subvention au Contrat Global de Développement. Il lance un appel d'offres qui l'amène à embaucher Jean-François Colombier, architecte. Les paroissiens, regroupés sous le nom de « conseil du clocher », proposent à la mairie et à l'architecte de contribuer bénévolement à l'embellissement de la partie en cours de restauration et même de prendre en charge une partie du financement.

Les travaux débutent le 9 mai 2000. Il s'agit de protéger les enduits du choeur. Il faut préserver les fresques qu'il sera possible de mettre à jour plus tard. La commission d'art sacré intervient. Odile Gormand, restauratrice de peintures murales pour les monuments historiques, s'engage à respecter l'intégralité des peintures, dessins et couleurs repris à l'identique. Les travaux se poursuivent non sans péripéties. Claude Schreiber, membre du conseil du clocher, découvre le 12 Juillet 2000, un caveau bâti sous le choeur de l'église. Il faut avertir la Conservation du Patrimoine. Mais l'implication des uns et des autres amènera à l'aboutissement de ce projet.

L'histoire de cette église est avant tout une aventure collective. Elle montre l'unité des habitants qui, au-delà des clivages, se mobilisent lorsque leur patrimoine est en danger. Elle est également un témoignage du passé. Ne vivez pas dans votre village sans aller la visiter.

.... télécharger l'article au format pdf
...retour à la liste des articles "il était une fois"